Lexique
Réflexion conceptuelle - Design thinking Imprimer Envoyer

Réflexion conceptuelle, ou pensée créative, conception réfléchie drapeau-frDesign thinking drapeau-gbp

Cette pratique s'appuie sur l'humain sa sensibilité, donc son intelligence (et ses 8 formes), activée par les stimuli et ses capacités à la résolution de problématiques par l'observation, la réflexion, la narration, la transposition, le test et la réalisation, de préférence en mode collaboratif. 
Cette réflexion, qui est aussi un mode de communication, universel par l'aspect visuel, est un formidable émulateur de la motivation et accélérateur de l'innovation donc de la création. comme par exemple avec une "carte heuristique" ce que beaucoup font sans même le savoir...
Sans oublier que nos motivations individuelles ou de groupes sont changeantes mais mesurables comme nous pouvons le constater aisément en utilisant un "Calendrier d'Humeurs"
designthinking-prhistorique
Pour mieux apprécier ce concept de réflexion conceptuelle, qui date de la nuit des temps de l'humain (Paléolithique ex : Lascaux)) il faut aussi prendre en compte que les besoins se multiplient, que les demandes s'accélèrent et même que certaines trouvailles, par fortuité, créent l'idée, le besoin dont le produit ou service à réaliser...
Par ailleurs, aujourd-hui, la complexité est de communiquer à travers le monde entier en franchissant la barrière des cultures c'est à dire au delà des langues...C'est bien connu qu'à défaut de pratiquer une langue les gestes et dessins ça aide depuis toujours et pour longtemps encore => alors laissez vous aller sans complexe...

Tout ceci conduit à soigner l'innovation qui pour être réussie s'appui sur 3 éléments fondateurs :
  • D'une part,  "Voulue" car sans volonté seul le hasard peut faire émerger une idée et encore faut-il la percevoir comme une opportunité et l'intégrer dans une réflexion constructive et au moins faire un remue-méninges;
  • D'autre part, après cette première phase d'extrapolation, il est indispensable de tester l'idée pour mesurer son potentiel c'est le facteur "Faisable";
  • Mais pour que la finalité soit satisfaisante encore faut-il que l'innovation soit réussie donc "Viable". C'est à dire profitabe tant au concepteur qu'aux destinataires.

Innovation réussie = Volonté + Faisabilité + Viabilité

Il y a d'abord ceux rêvent puis ceux qui font. Voir notamment le concept "Pragmanagement"
Mais dès que ces derniers se repassent le film ou, mieux encore, racontent leurs visions à d'autres, c'est de l'imagination, l'extrapolation, que vient la création.
C'est là que les ingénieurs sont indispensables non pas pour se limiter à exécuter mais pour transformer les rêves en réalités profitables. C'est notamment la pratique à "INEXO" l'usine-école, INstitut de l'EXcellence Opérationnelle.

 L'humain a évolué en se dotant d'outils et pratiques issues de ses observations, expériences, pour être plus efficace, contrairement au "Paradoxe du poulpe"

Puis il à compris que ses conceptions et idées pouvaient :
  • Se transmettre par intérêts mutuels y compris sans en comprendre tous les tenants et aboutissants, (ex : 100ème singe);
  • Se vendre et l'ère du commercial a pendant longtemps crée des produits, avant de savoir s'il seraient rentables. Entre conception, création dont prototypage, industrialisation et vente, les coûts sont très importants et les risques aussi. C'est ce qui amène nos pratiques à réduire les temps et couts de toutes ses étapes notamment grâce à des synergie et pratiques collaboratives...
Il est agréable de penser que l'époque du "marketeur-copieur" touche peut-être à sa fin ! ?
En effet ces mauvais agents du marketing ne créent rien que de l'illusion. Ils se bornent à immiter, parfois plagier=copiller, suivre les tendances ou, au mieux, à imaginer des modes et manipuler des esprit fragiles pour leur vendre des marques sans fondement de qualité et même des produits dangereux pour l'humain et son environnement. Dans ce dernier cas considérer que le critère "viable" n'est pas rempli car ceux qui sont manipulés, même s'ils y trouvent un intérêt, sont trompés = à méditer sur les effets directs et induits ! 

Par intérêt, mais aussi éthique sous la pression de consommateurs plus nombreux et exigeants, les excès de ces pratiques font qu'aujourd'hui beaucoup de créateurs et entrepreneurs, associent de plus en plus les clients et fournisseurs pour répondre, bien mieux et plus vite, aux besoins du lendemain et aux usages qui en découlent.
Même le recyclage est devenu une activité lucrative car intégrée dans la suite logique de la production. C'est ce que l'on nomme "Consommation collaborative"
Et avec une éthique différente de qualité de service pour le client final c'est plus valorisant et profitable pour ces "Innov-Acteurs" et mieux adapté pour les utilisateurs.

 Pour favoriser la productivité, la compétitivité, la création, les performances, etc. bien des pratiques se sont mises en place profitant aussi des techniques de leur temps. C'était dejà l'objectif des hommes de l'âge de pierre, avec la chasse ou l'agriculture réalisées en groupe, puis des cercles de qualité, qui tous ont mis à profit le remue-méninges pour favoriser l'idéation dont la création.

Derrière une pratique vieille comme le monde et au fonctionnement inné, un nouveau concept de marketing est né sous un vocable synthétique et de communication intelligente, comme savent si bien le faire les "globisheurs", Voilà donc ce que serait la nouvelle dynamique "Design Thinking" = Réflexion conceptuelle.

Cette "Conception Réfléchie" va de la réflexion, née de l'observation mais encore un peu dans l'abstrait, à la pensée créative, dont les personnes multipotentiels sont de formidables porteurs. Cette pensée créative correspond au concept R&D - Recheche et Développement - avec son coté pragmatique tant en amont qu'en aval qui intègre de la stratégie, des moyens, processus et objectifs à atteindre.

Ce lexique à déjà développé le concept de "design" à la fois dessin et dessein mais aussi stylique. Il suffisait de les relier à la réflexion conceptuelle pour aboutir à la pensée créative. Vous pouvez aussi optimiser votre communication écrite surtout dans vos méls et rapports pour avoir plus de chance d'être lu et compris. Nous vous recommandons le concept "Beauscript"

Le principe est simple, il faut rendre perceptible ce que vous avez pensé.
C'est ce que beaucoup d'entre nous et chercheurs-trouveurs, font  pour partager leurs réflexions = Faire un schéma, un croquis ou même simplement des gestes descriptifs comme au "jeu des métiers à trouver".
C'est aussi ce qui se pratique, en mode Narratif = storytelling, pour joindre la parole au geste. Cette réflexion conceptuelle se pratique beaucoup dans les espaces collaboratifs "Obeya room" des organisations agiles avec le "mur". D'autres ont mis au point des pratiques qui permettent d'évaluer un projet ex : AOR - Analyse par les options réelles. Là aussi c'est une façon de synthétiser les analyses avec des visuels divers avant de prendre des décisions.
Ensuite il faut extrapoler puis structurer sa réflexion et surtout ses actions pour finaliser un projet.

Et pour vous souvenir du processus, de Reflexion Conceptuelle, il faut en "RIRE" :

 1ère étape = Rêver :
Cette phase de remue méninges, qui accepte toute les idées, sans les juger, qu'elles soient conscientes ou non, collaboratives ou pas.
C'est le réceptacle des idées.

2ème étape : Incuber :
C'est le moment de l'assemblage des idées et de la structuration de la réflexion, l'idéation.Exemples de pratiques :
- En parler y compris à voix haute quand on est seul et à plusieurs utiliser le mode narratif (=story telling) toujours plus attrayant dans sa forme ;
- Puis faire un dessin, un schéma même une cacricature, pour synthétiser, mettre en exergue certains points ;
- Faire un plan ou descriptif Ex : Matrice de Quintilien et/ou EMOFF - pour se faire une idée de la faisabilité ;

 - Pour ces deux premières étapes c'est plus qu'un "think tank" c'est le bouillonnement des idées nourries par nombre de contributeurs, sans forcément de limite dans le temps et l'espcae.
Et justement, les espaces collaboratifs sont ouverts, parfois "non stop" sur le web. Quels qu'ils soient ce sont des leviers et accélérateurs formidables pour trier les idées et détecter des opportunités de projets.
- Dans les entreprises qui ont des projets multiples et qui arrivent les uns après les autres ou ensemble, c'est là qu'une pratique efficiente de "Bureau Stratégique des Projets" = version évoluée du "PMO" qui offre les meilleures garanties de réussite de chacun de ces projets et de compétitivité pour l'organisation et ses intrapreneurs.

 3ème étape : Réaliser :
C'est celle du management d'un projet. Avec les parties prenantes, les moyens et pratiques dont les processus et livrables tenant compte du triptyque : Qualité, Délais, Coûts
Voir dans le lexique la section "Management de projet" pour découvrir les pratiques, processus et outils qui s'y rattachent.

4ème étape : Evoluer :
Cette dernière phase devrait plutôt se définier comme : Evaluer + profiter = Evoluer 
En effet c'est après apprécié la réussite et en avoir profité pleinement pour avoir envie de recommencer donc en nourissant de nouvelles motivations que l'on évalue l'expérience passée et le potentiel à venir, que l'on va évoluer au ieux. 
Amélioration continue et conduite du changement. Ce n'est pas par ce que l'on a créé que tout est fait ou dit !
D'une part toute création est amenée à évoluer dans le bon et mauvais sens (Ex : Evolution de produits et dérivés dont services; manipulation à visée consumériste ou hiérarchique) et même à disparaitre.
Il faut donc assurer son bon fonctionnement, ses évolutions et son remplacement.
Ce vécu fait déjà partie de ce qui alimente vos rêves et c'est reparti !

Tout au long de ce processus le collaboratif donnera une dimension plus importante et profitable. Il est donc primordial de favoriser les échanges.

Ces échanges doivent être favorisés par des moyens  (Outils et lieux) mais aussi par des participations pluridisciplinaires internes ou externes ex : Métiers de l'administration des finances du juiridique commerce... ingénierie et production... et donc des RH sous réserve qu'ils ne pensent pas que le "Personnel" n'est qu'une ressource. Donc il faut des spécialistes des sciences humaines et bien évidemment du Système d'Information... Tous ces acteurs, qu'ils soient internes ou externes.

Le numérique et donc les outils collaboratifs favorisent non seulement les échanges, mais aussi la visualisation et d'un bout de la planète à l'autre en quelques instants. La réflexion conceptuelle s'est toujours adaptée aux besoins et moyens y compris maintenant en mode dispersé lié à la modialisation et aux pratiques de la nouvelle révolution numérique...

Les espaces ouverts se multiplient et la connaissance est de plus en plus accessible à tous comme avec ce lexique, les wikis, blogs et autres MOOCs, profitez en au mieux !

voir   Voir :  Abilene ; Altermanagement ; Amélioration continue ; Analyse par les Options Réelles-AOR ; Aptitudes ; BeauscriptBiocollaboration ; Calendrier d'HumeursCercle de réflexion ; Communication ; Compétences ; Comportement ; Effet singe ; Ethologie ; Fortuité-Serendipity ; Heuristique ; Idéation ; Innovation ; Management de projet ;  Mentor ; Motivation ; NarrationObeya room ; Paradoxe du poulpe ; Plan d’expérience ; Performance ; Remue-méningesTravail collaboratif Visite de terrain ;